La nuit de Yalda : poésie, rires et délices culinaires

Yalda est une fête persane qui célèbre le solstice d'hiver fin décembre. Famille et amis se réunissent autour de mets exquis pour rendre hommage à la poésie et à la spiritualité de ce rituel ancestral. Nous nous sommes entretenus avec nos amies iraniennes Nasim et Elham, qui nous ont invités à découvrir la signification de Yalda pour elles-mêmes et leur famille.  

 

 

Nasim envisage d'étudier la psychologie à l'université d'Amsterdam. Elham est née en Iran et a vécu en Australie avant de venir aux Pays-Bas. Mère de deux enfants, cette ingénieure en mécanique textile prépare un Master en éducation.

 

Telles des sœurs, Elham et Nasim sont solidaires. « J'aide Elham et elle m'aide », explique Nasim. « Nous nous comprenons et sommes une source d'inspiration mutuelle. Nous célébrons toutes les fêtes, comme Yalda et Norooz (le Nouvel An persan) ensemble. Nous sortons toujours ensemble pendant les vacances et en dehors de cela, nous essayons de prendre le thé au moins deux matinées par semaine .»

 

 

Tous les ans, le 21 décembre, les Iraniens célèbrent ensemble le solstice d’hiver en partageant un somptueux festin et en lisant des poèmes de Hafez, poète persan du XIVe siècle. Cette fête se dit en persan : Shab-e Yalda, Yalda signifiant « naissance ». Elle est placée sous la protection de Mithra, la déesse de la lumière. Cette tradition empreinte de spiritualité célèbre l’arrivée de l’hiver, la renaissance du soleil et la victoire de la lumière sur l’obscurité.

 

 

Une famille d’amis

Les deux amies Nasim et Elham habitent aux Pays-Bas avec leur mari et leurs enfants. Comme elles sont loin de leur famille vivant en Iran, elles ont recréé entre elles un lien quasi familial, se considérant comme des sœurs.

 

« La famille est quelque chose de très important en Iran, » explique Nasim. « Ici nous cuisinons ensemble, nous nous occupons de tous les enfants, nous organisons des sorties, afin de recréer ce lien familial qui nous manque. »

 

 

Sœurs de cœur

Nasim est née en Allemagne alors que ses parents iraniens y faisaient leurs études, mais elle est retournée en Iran à l’âge de trois ans. Elle est ensuite revenue étudier la comptabilité en Allemagne et c’est là qu’elle a rencontré son futur mari iranien/néerlandais. Ils ont déménagé ensemble aux Pays-Bas il y a dix ans, où ils ont maintenant deux enfants, mais restent très attachés à l’Iran. Elle envisage à présent d'étudier la psychologie à l'université d'Amsterdam. Elham est née en Iran et a vécu en Australie avant de venir aux Pays-Bas. Également mère de deux enfants, cette ingénieure en mécanique textile prépare un Master en Éducation.

 

Telles des sœurs, Elham et Nasim sont solidaires. « J'aide Elham et elle m'aide, » explique Nasim. « Nous nous comprenons et sommes une source d'inspiration mutuelle. Nous célébrons toutes les fêtes, comme Yalda et Norooz (le Nouvel An persan) ensemble. Nous sortons toujours ensemble pendant les vacances et en dehors de cela, nous essayons de prendre le thé au moins deux jours par semaine. »

 

MAGNIFICENCE D'UN FESTIN PERSE

Yalda a une grande signification pour nous », explique Elham. « Un tantinet nostalgique, elle trouve sa source dans des coutumes très anciennes de la civilisation perse qui n'ont rien à voir avec la religion.

 

Tout le monde en Iran célèbre Yalda. Les familles se réunissent, des grands-mères aux arrière-petits-enfants, pour célébrer la vie de famille. Comme nous ne vivons plus en Iran, nous célébrons Yalda entre amis. La famille nous manque bien sûr..

 

La nourriture occupe une place très importante », ajoute Nasim. « Tous nos rassemblements tournent autour de la nourriture et de mets exquis ! À l'occasion de Yalda, ce sont généralement les mères et grands-mères qui préparent le repas.

 

 

CHALEUREUX PARTAGE

La tradition de Yalda consiste à se réunir autour d'une superbe table garnie de fleurs, de fruits secs et, de toute évidence, de pastèque et de grenades. « Dans certaines régions, on savoure des biscuits spéciaux ou confiseries telles les pashmak, proches de la barbe à papa », explique Elham. « Fruits estivaux iconiques de cette table, la pastèque et la grenade sont symboles de prospérité. D'un beau rouge, ils sont emblématiques du soleil et du feu de la vie. La pastèque est conservée depuis l'été spécialement pour Yalda. Ce que j'aime le plus », ajoute Nasim, « c'est lorsque nous sommes tous assis autour de la table et que nous récitons des poèmes d'Hâfez, poète iranien du XIVe siècle. Vous faites un souhait et ouvrez le livre au hasard ; la personne la plus âgée lit le poème à voix haute. Yalda ne serait pas Yalda sans la poésie philosophique et mystique de Hâfez.

 

LE RIZ

Chaque famille a sa propre recette du riz à la persane », explique Elham. Il y a toujours des fruits secs : noix, amandes et pistaches. Les ingrédients dépendent de votre région d'origine... Certains utilisent des zestes d'orange et des zereshk (baies d'épine-vinette). Le riz est habituellement servi avec du poulet », dit-elle en souriant - découvrez cette délicieuse recette persane page 19.