Interview avec la fondatrice de la marque pour enfants Donsje : Florentine van Oosten Slingeland

Elle reconnaît avoir une vie trépidante : être à la tête d’une marque à succès pour enfants tout en s’occupant d’une famille de cinq personnes n’est pas toujours chose aisée. Et pourtant Florentine van Oosten Slingeland, fondatrice de Donsje, y parvient. Dans l’interview qui suit, elle nous parle de la création de l’entreprise ainsi que de ses rituels et habitudes.

 

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Florentine van Oosten Sligeland. J’ai 38 ans et je suis la mère de trois enfants et la fondatrice de la marque pour enfants Donsje. J’ai créé la marque en 2013 et je dirige l’entreprise avec mon époux Skief depuis 2017.

 

Comment vous est venue l’idée de créer Donsje ?

Avec mon époux, j’ai vécu à Singapour, au Kenya et en Nouvelle-Zélande et j’ai voyagé énormément. Lors de mes voyages en Indonésie, j’ai créé des pantoufles et des ceintures et je les ai fait fabriquer sur place. Une fois de retour chez moi à Singapour, mes créations ont reçu un accueil très favorable. Motivée par ces réactions, j’ai décidé de retourner en Indonésie une semaine plus tard pour y faire faire davantage d’articles et pour voir la façon dont leur production pourrait être assurée. C’est ainsi que j’ai commencé par la création d’une marque de chaussures et d’accessoires pour jeunes femmes, que j’ai poursuivie lorsque nous sommes revenus à Amsterdam.

Quand, quelques temps plus tard, j’ai eu des enfants, un tout nouveau monde s’est ouvert à moi. J’ai commencé à imaginer des chaussures et des accessoires pour les bébés et les enfants. Ces créations ont fait mouche immédiatement et les ventes ont connu une croissance beaucoup plus élevée que celle de la collection pour femmes. Les créations pour les enfants me stimulaient davantage et c’est pourquoi j’ai finalement décidé de me concentrer uniquement sur la marque qui leur est destinée, Donsje.

 

Quel est le moteur de votre succès ?

Je pense que l’élément clé a été ma persévérance. Évidemment, un produit de qualité est une condition essentielle à la réussite mais le développement d’une marque et la création d’une entreprise ne se font pas du jour au lendemain.

Par exemple, pendant des années – jour après jour – j’allais de magasin en magasin, armée d’un grand sac d’échantillons, même lorsque ma grossesse était bien avancée. Souvent, les détaillants ne voulaient pas avoir affaire à moi et c’était alors tout un art d’entrer pour leur montrer rapidement mes produits. Il faut faire preuve de persévérance même lorsque vous recevez une cargaison de pantoufles qui ont été déformées pendant le transport, lorsque les livraisons sont retardées à cause d’éruptions volcaniques ou lorsque les échantillons ne sont pas du tout à la hauteur de vos attentes.

 

Comment maintenez-vous un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?

C’est toujours un défi à relever. Mais maintenant que mon plus jeune enfant a trois ans, c’est plus facile que lorsque mes trois enfants portaient encore des couches. En l’espace de trois ans, nous avons eu trois enfants – et tout cela pendant que Donsje était dans sa phase de démarrage. Mon époux avait un travail de consultant très prenant et il était souvent absent. Quand j’y repense, c’était une période difficile mais cela m’a également donné une tonne d’énergie car il y avait beaucoup de mouvement. Il y a un an exactement, mon époux et moi avons décidé de développer Donsje ensemble. Aujourd’hui que nous dirigeons l’entreprise tous les deux, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée s’est amélioré, ce qui contribue à une atmosphère plus paisible à la maison.

Lorsque nous vivions au Kenya, nous avons mis sur pied une école dans un quartier pauvre de Nairobi, dans laquelle 150 enfants âgés d’un à six ans sont aujourd’hui scolarisés en maternelle. L’école est opérationnelle depuis huit ans et nous voulons également avoir suffisamment de temps pour nous assurer que tout se déroule à la perfection là-bas.

  

Avez-vous des rituels particuliers que vous pratiquez avec vos enfants ?

Chaque soir, je lis une histoire à mes enfants. Ils peuvent choisir un livre mais au lieu de leur lire le récit mot à mot, je crée une histoire en me basant sur ce qu’ils ont vécu durant la journée. J’essaye toujours d’y intégrer une petite leçon de vie. Chaque soir, avant que ma fille s’endorme, je dis une prière. Ensuite, elle énumère les personnes qui lui sont proches et qu’elle aime, y compris ses peluches et ses frères et elle leur souhaite à tous une bonne nuit.

 

Comment vous relaxez-vous après une semaine de travail intense ?

J’adore faire des choses amusantes avec les enfants pendant le week-end. Par exemple, partir dans la forêt à la cueillette de champignons ou naviguer sur notre petit bateau. Je me détends également en savourant des mets exquis et en me relaxant avec mon époux. Enfin, ce qui me stimule vraiment, ce sont des soirées festives avec mes amis.

 

Quelle est votre endroit préféré dans la maison ?

Dans notre salon, devant la cheminée. Nous y avons deux fauteuils Chesterfield et un très grand canapé d’angle avec beaucoup de coussins. Il n’y a rien de mieux que d’être assis là tous les cinq en jouant à un jeu ou en dégustant une boisson au coin du feu.

 

Quel est votre rituel de beauté quotidien ?

Je n’ai jamais le temps pour un rituel de beauté quotidien mais deux fois par semaine, j’aime vraiment me plonger dans un bain très chaud avec beaucoup de bulles et une pile de magazines. J’applique alors un masque sur mon visage. Une fois sortie du bain, j’adore utiliser une merveilleuse crème pour le corps et une crème hydratante pour le visage.