6 concepts coréens pour apprendre la bienveillance

Saviez-vous que 90 % de la consommation mondiale d’algues provient de Corée, et que c’est aussi le pays qui a lancé le « Gangnam Style » ? Mais au-delà de ces curiosités de notre époque, les Coréens ont de nombreuses façons d’honorer des traditions qui remontent à des siècles. Leur histoire est si riche à explorer, et leurs innombrables coutumes et traditions sont profondément marquées par l’importance d’être bienveillant. Nous avons regroupé les 6 faits les plus frappants que nous pouvons apprendre de la culture coréenne. Lisez la suite et vous pourrez peut-être appliquer la sagesse coréenne au quotidien.

 

Le Kibun

Le Kibun joue un rôle important en Corée du Sud. Ce mot n’a pas de traduction littérale. C’est un concept qui peut se décrire en termes de fierté, face (perdre, garder la face), humeur, sentiments ou état d’esprit. Si vous blessez le kibun de quelqu’un, vous blessez sa fierté, vous lui faites perdre sa dignité et perdre la face. Êtes-vous un « pacificateur », s’il est important pour vous que chacun se sente écouté et reconnu ? Alors vous pratiquez déjà le Kibun, le principe d’harmonie. En Corée, il est important de toujours maintenir une atmosphère paisible et confortable, même si cela implique de petits mensonges. Sur le lieu de travail, le Kibun d’un responsable est entaché si ses employés ne font pas preuve de respect. Et vice versa, le Kibun d’un employé est entaché si son responsable le critique en public. Le Kibun d’une personne peut varier en fonction des normes et des valeurs de son éducation. Il est important de savoir comment évaluer l’état du Kibun d’une personne, comment éviter de blesser quelqu’un et comment préserver son propre Kibun.

 

Le Nunchi

Prononcé « noon-chi », c’est un terme que vous n’avez peut-être jamais entendu auparavant. Il fait référence à un art coréen ancestral introduit dans le pays il y a environ 2 500 ans. Nunchi se traduit littéralement par « mesure oculaire » et décrit l’art subtil d’évaluer les pensées et sentiments d’une personne afin d’établir la confiance, l’harmonie et la communication. En bref, c’est la capacité d’identifier le Kibun de quelqu’un en utilisant son regard. Comme nous l’avons expliqué, il est essentiel de juger l’état d’esprit d’une autre personne et de maintenir son Kibun.

 

Mais comment s’entraîner à pratiquer l’art du nunchi ? On y parvient en observant attentivement le langage corporel et en écoutant le ton de la personne qui s’exprime. Il s’agit d’un mélange de tact, de perspicacité, d’une bonne compréhension des situations sociales et d’un sens instinctif pour déchiffrer une situation donnée, tout en sachant comment y répondre. En d’autres termes, il s’agit de percevoir ce que les autres pensent et d’apprendre à anticiper leurs besoins. Il s’agit donc en grande partie d’évaluer l’humeur des autres.

 

Il vous arrive souvent, lorsque vous entrez dans une pièce, de savoir en quelques secondes qui se sent déprimé, heureux ou triste ? Cela signifie que vous êtes doté d’un « nunchi rapide ». Pour les Coréens, c’est un pilier important des relations interpersonnelles. Ceux qui ont le meilleur nunchi peuvent comprendre les sentiments de leurs partenaires ou amis en observant leur langage corporel et leurs paroles. Ils utilisent ensuite ces signaux inconscients pour que leur entourage se sente compris. Il s’agit en fait d’une leçon d’intelligence émotionnelle.

 

 

 

La cuisine coréenne

Découvrons la cuisine coréenne. Si vous envisagez de modifier vos habitudes alimentaires en cuisinant plus sainement, allez faire un tour dans une cuisine coréenne. La nourriture coréenne est riche en fibres, ce qui contribue à améliorer la digestion et la santé intestinale. Les aliments fermentés comme le kimchi contiennent des bactéries saines appelées probiotiques qui facilitent la digestion et décomposent le lactose. La nourriture coréenne aide même à perdre du poids car elle contient moins de viande et de graisse. C’est un moyen facile d’être plus bienveillant avec soi-même.

 

Bonjour, je m’appelle

Essayez ceci : mettez-vous devant un miroir et présentez-vous en utilisant d’abord votre nom de famille, puis votre prénom. Cela semble un peu étrange, non ? Eh bien, en Corée, il est très courant de se présenter à l’envers. On utilise même un deuxième nom de famille, qui est partagé par tous les membres de la même génération. En Corée, il est très impoli de s’adresser à quelqu’un par son prénom. On s’adresse toujours à quelqu’un par Mme, M., puis par son nom de famille. Dans le monde des affaires, on s’adresse à quelqu’un par son titre professionnel, par exemple M. le Président. Vous ne devez vous adresser à quelqu’un par son prénom que si vous en avez la permission.

 

Pas de « non »

Contrairement aux Orientaux, nous, les Occidentaux, allons généralement droit au but dans notre communication et exprimons nos sentiments. Cela peut rendre la communication en Corée difficile si vous vous y rendez un jour, car le « non » n’est pas toujours utilisé en Corée. Dire « non » est considéré comme impoli. Les conversations et les discussions peuvent alors prendre beaucoup de temps parce que l’on évite le rejet ou le refus. Si une anxiété se manifeste verbalement ou visuellement, c’est un signe que quelque chose ne va pas. Une bonne posture et un langage corporel positif (sans être excessif) sont particulièrement utiles lors des réunions : il faut toujours faire preuve de patience et de politesse. Parfois, il peut être bénéfique d’écouter attentivement l’autre pour comprendre réellement les motivations de chacun. Prenez donc une grande inspiration, expirez lentement et essayez de ne pas dire « non » directement.

 

Évitez le chiffre quatre, optez pour le sept

Les Coréens sont des personnes généreuses qui aiment offrir et recevoir des cadeaux. Vous souhaitez surprendre votre partenaire commercial ou votre correspondant coréen ? Pensez à passer chez votre fromager ou votre pâtissier pour ramener un produit typique de votre pays. Lorsque vous avez trouvé la boîte de chocolats idéale, veillez à ce qu’elle contienne une quantité supérieure ou inférieure à quatre chocolats. En coréen, le chiffre quatre est en effet à éviter à tout prix, car il porte malheur. Si vous souhaitez faire sourire quelqu’un, optez pour le chiffre sept. Ce chiffre représente la chance et la solidarité. En Corée, les cadeaux sont joliment emballés. Le vert et le jaune sont très courants, mais vous pouvez aussi utiliser le bleu, qui est une couleur porte-bonheur en Corée du Sud (il existe même une nuance appelée « bleu Séoul »).

 

Si nous souhaitons surprendre nos proches avec des cadeaux joliment emballés, nous avons beaucoup à apprendre de la Corée. Besoin d’inspiration pour offrir un cadeau qui donnera le sourire ? Découvrez notre outil de recherche de cadeaux and find the ideal gift for anyone in just two minutes.

 

Anouk Ballering

Anouk Ballering

Anouk Ballering est une conteuse dans l’âme avec 5 années d’expérience dans le domaine des relations publiques. En créant des histoires pertinentes et des événements capables de créer des liens, elle a mis en avant l’âme de nombreuses marques raffinées, comme W Hotel, VICE, De Bijenkorf et Timberland. Lorsqu’elle ne fait pas du cardio ou du vélo en salle, vous la trouverez sur un tapis de yoga. Passionnée de yoga et de pleine conscience, elle pense que nous méritons tous un équilibre de bien-être dans notre quotidien pour devenir la meilleure version de nous-mêmes.