Dans ce rituel balinais, tout tourne autour du... silence

Envies d'exotisme et de voyage ? Il semblerait que de plus en plus de voyageurs découvrent l'île indonésienne de Bali. Il suffit de demander autour de vous ; vous trouverez sûrement quelqu'un qui y a été (ou va y aller) en un rien de temps. Peut-être même ont-ils entendu parler de Nyepi ? En ce jour de fête hindouiste typique, tout est question de ralentir le pas et de sérénité...

 

Si en règle générale, les rues de Bali fourmillent de locaux et de touristes, le jour de Nyepi, ou jour du Silence, personne n'est autorisé à sortir. Les hindous restent chez eux, en famille, tandis que les touristes sont invités à rester dans leurs hôtels ou lieux de villégiature. Pour vous montrer qu'on ne badine avec ce jour de fête, même le personnel médical ne se déplace pas, sauf pour les personnes à hospitaliser d'urgence et les femmes en train d'accoucher.

 

 

Drôle de fête que ce jour de silence total... Nyepi, toutefois, ne se réduit pas au silence : pour les hindous de Bali, c'est également un jour de jeûne et de méditation. L'introspection fait partie intégrante de la fête, ce qui explique pourquoi toutes choses susceptibles de détourner l'attention (télévision, radio, téléphone et électricité, en général) sont interdites ce jour-là. Aucun divertissement n'est autorisé et certaines familles n'échangent pas un mot de toute la journée. Le seul et unique aéroport de Bali est fermé ; impossible donc de quitter, ou de rejoindre l'île, par la même occasion. En d'autres termes : calme complet.

 

Nyepi correspondant au jour de l'an chez les hindous, il est évidemment précédé d'un réveillon. En préparation de ce jour, les Balinais s'occupent à fabriquer toutes sortes de monstres, les fameux ogoh-ogohs, énormes statues démoniaques en bambou (peint), papier mâché et polystyrène, qui symbolisent les esprits malveillants chassés de l'île. La veille du Nyepi, ces statues défilent dans les rues, avant d'être brûlées. À partir de ce moment-là, les habitants de Bali sont libérés des forces malfaisantes de l'année écoulée.



Vivant dans une société où nous sommes connectés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, il semble inconcevable d'avoir un instant (à fortiori une journée entière), de paix et de silence total. C'est pourquoi il est tellement bon que les Balinais célèbrent Nyepi : en prenant l'agitation quotidienne pour ce qu'elle est, ils sont en mesure de vivre avec une intention réelle.



Nous devrions tous célébrer une journée comme celle-ci une fois par an ; nous en sommes convaincus. Pour la simple et bonne raison que l'expérience de la paix et du silence véritables ne peut se faire que dans le silence proprement dit.