10 traditions bienveillantes du monde entier

Pour toujours plus de joie au quotidien, nous nous intéressons à la façon dont les gens manifestent la bienveillance dans le monde entier, qu’il s’agisse de traditions ou d’actes de générosité d’aujourd’hui. Cela vous inspirera peut-être à faire preuve de gentillesse envers vous-même ou quelqu’un d’autre dès aujourd’hui.

 

  1. Afrique du Sud : l’ubuntu

Commun à de nombreuses cultures d’Afrique australe, ce concept a été rendu populaire par des dirigeants sud-africains comme Nelson Mandela et l’archevêque Desmond Tutu. Ce mot est issu du proverbe Nguni « umuntu ngumuntu ngabantu », qui signifie « Je suis ce que je suis parce que vous êtes ce que vous êtes ». Au Malawi, on l’appelle uMunthu. Au Zimbabwe, les Shona le nomment unhu. Dans toutes ces langues, la signification est la même : « Je suis ce que je suis parce que nous sommes. » En résumé, on ne peut pas vivre isolé en tant qu’être humain, et les relations au sein d’un groupe sont plus importantes que chaque individu.

Le sentiment profond que nous ne sommes humains qu’à travers l’humanité des autres ; que s’il est donné d’accomplir quelque chose en ce monde, le mérite en reviendra à parts égales au travail et à l’efficacité d’autrui .

Nelson Mandela

Pour certains, l’Ubuntu est comme une force de l’âme qui les pousse à accomplir des actes désintéressés au profit de la communauté. Elle se manifeste par des manifestations de bienveillance et de compassion, comme le partage des ressources, l’entraide ou l’attention portée aux enfants de la communauté. Pas étonnant que le proverbe « Il faut un village pour élever un enfant » provienne d’Afrique.

 

  1. Japon : l’omotenashi

Souvent décrit comme le pays le plus poli du monde, la tradition d’hospitalité désintéressée du Japon découle d’une pratique connue sous le nom de « motenashi » or « omotenashi ». Cette pierre angulaire de la culture japonaise est fondée sur la tradition séculaire du sadō (cérémonie du thé). Au-delà du simple fait de servir du thé, l’une des intentions principales de la cérémonie du thé est que l’hôte s’assure que tous les besoins de ses invités sont satisfaits sans rien attendre en retour et que les invités apprécient l’hospitalité de l’hôte en faisant preuve de gratitude. Cela crée une atmosphère d’harmonie et de respect.

 

Omotenashi est souvent traduit par « hospitalité », « esprit de service » ou anticipation des besoins des autres. Bien avant que la COVID19 ne fasse du port du masque dans les lieux publics une norme mondiale, les Japonais portaient déjà des masques chirurgicaux pour éviter de transmettre leur rhume aux autres. Les voisins offrent également de la lessive en poudre à leurs voisins lorsqu’ils commencent leurs travaux de construction : un petit geste attentionné pour les aider à nettoyer leurs vêtements de la poussière.

 

  1. Grèce : la philoxénie

En Grèce antique, l’hospitalité était considérée comme un commandement des dieux, en particulier de Zeus (Xenios), le dieu des étrangers. Si un invité ou un étranger frappait à votre porte, vous étiez tenu de l’accueillir en lui offrant gîte et nourriture avant de lui poser des questions. De son côté, l’invité devait faire preuve de respect en ne dépassant pas la durée de son séjour. Si vous ne respectiez pas ces exigences, vous risquiez la colère des dieux. Et nous savons tous pendant combien de temps ils peuvent être rancuniers.

 

Issue des mots grecs xenia (étranger) et philo (amour), cette notion a été appelée philoxénie, ou amour des étrangers (et plus tard hospitum, ou hospitalité).

  1. Italie : le caffè sospeso

La tradition italienne, c’est le « caffè sospeso » ou « café suspendu ». Cette tradition datant de plus d’un siècle a vu le jour à Naples. Tous ceux qui avaient passé une bonne journée ou avaient envie de faire preuve de générosité commandaient deux cafés « suspendus » au café. Vous payez pour deux cafés, mais vous n’en buvez qu’un seul. Une personne peut ensuite venir demander le « café suspendu » si elle se trouve dans le besoin.

 

  1. Singapour : le Kindness Movement (mouvement de bienveillance)

Singapour est allé encore plus loin et a fait de la bienveillance un mouvement officiel. Le Singapore Kindness Movement est une organisation à but non lucratif inspirée par l’ancien Premier ministre Goh Chok Tong. Classée « institution de caractère public », elle a pour but d’inspirer la « bienveillance » aux habitants de la région par le biais de panneaux sur les bus et de conseils sur son site web. Vous y trouverez un questionnaire pour savoir si vous êtes bienveillants et quelques conseils pour y parvenir.

 

  1. Iran : le mur de la bienveillance

En 2015, un anonyme a mis en place un « mur de la bienveillance » à Mashhad. L’idée s’est ensuite rapidement répandue dans tout l’Iran. Ce mur fonctionne comme un espace public de don de vêtements, de nourriture ou de tout ce dont le donateur n’a plus besoin. Si un passant a besoin de quelque chose, il peut simplement le prendre librement. Ce mouvement trouve ses racines dans la culture perse et dans les paroles d’anciens poètes tels que Rumi, qui défendaient les vertus de la bonté. Cet esprit de générosité est également présent dans l’art persan de l’étiquette, ou taarof, qui place la politesse au premier plan dans toute interaction sociale.

  1. Nouvelle-Zélande : le kaitiakitanga

Il y a la bienveillance envers soi-même, la bienveillance envers les autres et la bienveillance envers le monde. La Nouvelle-Zélande est l’exemple parfait d’un pays dont la culture reconnaît cette valeur. Le ​kaitiakitanga, qui signifie gardien et protection, est la pratique du kaitiaki, le concept Māori de gardien du ciel, de la mer et de la terre. C’est une façon de prendre soin de l’environnement selon la vision du monde māori. L’iwi (tribu) locale nomme une personne ou un groupe pour agir en tant que gardien d’un lac ou d’une forêt. Anecdote : en 2017, le gouvernement néo-zélandais a accordé au fleuve Whanganui, sur l’île Nord, les mêmes droits juridiques que les êtres humains. Nuire à cette étendue d’eau est désormais passible des mêmes peines que nuire à une personne.

 

  1. La fête juive de Pourim

L’une des coutumes de charité et d’amitié les plus importantes de Pourim est le don de nourriture — mishloach manot. Faire une mitzvah, ou bonne action, et donner aux pauvres, aux personnes âgées et aux moins fortunés est considéré comme vertueux.

 

  1. Philippines : le tulong

Apportant une aide immédiate et temporaire, le Tulong peut signifier partager de la nourriture ou de l’argent, ou même un logement. Le tulong s’est particulièrement manifesté après une vague de catastrophes naturelles qui a laissé des milliers de personnes dans le besoin dans cette nation insulaire. Si le concept a commencé à petite échelle, entre membres de la même famille, il s’est ensuite développé pour inclure d’autres types de dons. Le tulong-aral est une aide donnée explicitement pour l’éducation, par exemple.

 

  1. Chine : le mudita

Peut-être connaissez-vous le terme « schadenfreude » ou « joie malsaine », une émotion complexe où, plutôt que de ressentir de la sympathie, on prend plaisir à regarder le malheur d’autrui ? Eh bien, le concept chinois de mudita est exactement le contraire. Issu de la tradition bouddhiste de la pratique de la joie désintéressée, il s’agit du bonheur que nous éprouvons devant la another's chance ou le succès. Cette appréciation de la valeur d’autrui peut être cultivée grâce à la méditation et la pleine conscience.

 

Laura Wabeke

Laura Wabeke

Traductrice, éditrice et rédactrice, Laura Wabeke est fascinée par les mots et la multitude de façons innovantes de les utiliser pour exprimer ses idées. Après neuf années en tant qu’indépendante, passant de l’industrie touristique aux médias, au secteur de la pub et au monde de l’édition, cette rédactrice interne maîtrise désormais le yoga, la méditation et la pleine conscience, et elle a adopté la philosophie de la marque consistant à trouver la beauté et le bonheur dans les petites choses de la vie.