Pourquoi vous devriez intégrer l’auto-massage à votre rituel de soins quotidiens (et la bonne manière de le faire)

En Occident, le massage est souvent considéré comme un petit plaisir. Il nécessite de prendre rendez-vous avec un professionnel pour une occasion spéciale ou en raison de conditions physiques particulières. Tandis qu’en Orient, le massage est une façon de prendre soin de son corps et de son esprit. Deborah, notre experte, explique son lien personnel avec ce rituel, la manière dont il est effectué et pourquoi nous devrions aussi le pratiquer.

 

Au cours de ma formation avancée pour devenir professeur de yoga, il nous a été demandé d’étudier la pratique ayurvédique de l’« abhyanga », ou auto-massage. J’ai tout d’abord eu quelques doutes concernant cette pratique. Dans la culture occidentale, le massage est généralement associé au spa ou au petit plaisir que l’on s’accorde une fois de temps en temps. Il n’est pas un élément que l’on intègre dans notre routine quotidienne ou que l’on s’octroie. Je me suis demandée si cela allait être pesant : encore une « chose » pour laquelle il va falloir aménager du temps chaque jour.

 

Mais par expérience, je savais qu’il ne fallait pas être si prompte à rendre un jugement. Il est impossible de connaître les véritables bénéfices avec un seul essai. Par exemple, lorsqu’on commence une activité sportive, on ne s’attend pas à voir des résultats après la première séance. On démarre un programme d’entraînement, et on sait pertinemment que cela demande du temps et des efforts pour obtenir des résultats. J’ai donc accordé sa chance à l’auto-massage ayurvédique, et décidé de le pratiquer chaque jour pour découvrir par moi-même ce qu’il avait à offrir (ou non).

 

Comment l’effectuer

D’après le centre Chopra, la technique est la suivante :

 

1. Assurez-vous d’utiliser de l’huile chauffée. Trouvez une position assise ou debout confortable, et appliquez l’huile en commençant par le sommet du crâne.

2. Partez ensuite de ce point en effectuant des mouvements circulaires et massez la totalité de votre cuir chevelu pendant quelques minutes.

3. Passez ensuite au visage, toujours en effectuant des mouvements circulaires sur votre front, vos tempes, vos joues et vos mâchoires. N’oubliez pas de masser aussi vos oreilles, ainsi que les lobes qui comportent des points d’acupuncture et terminaisons nerveuses essentiels.

4. Faites des gestes amples sur les bras et les jambes, et des mouvements circulaires aux jointures du corps. Rappelez-vous de toujours vous masser en vous dirigeant vers le cœur.

5. Massez l’abdomen et la poitrine en effectuant de larges mouvements circulaires, tout en suivant les lignes naturelles des intestins lorsque vous arrivez au niveau de l’estomac.

6. Terminez le massage par les pieds en prenant quelques minutes. Ils sont composés de terminaisons nerveuses et de points de réflexologie très importants en rapport avec les organes essentiels du corps.

7. Si possible, gardez l’huile pendant encore 5 à 15 minutes, et profitez ensuite d’un bain ou d’une douche chaude tout en évitant de vous laver et frotter trop vigoureusement le corps.

Découvrez tous les bienfaits émotionnels et physique de l’auto-massage

Les recherches sur les bénéfices du massage ne manquent pas. Elles mettent notamment en avant la réduction de la douleur et des courbatures, une meilleure digestion et circulation, un soutien à la détoxication de l’organisme, la réduction du stress et l’augmentation des molécules du « bien-être » dans le corps.

 

Tiffany Field, directrice du Touch Research Institute à l’université de Miami, a été citée par le Time Magazine : « les récepteurs sensoriels situés sous la peau augmentent l’activité vagale s’ils sont stimulés ».

 

Elle fait référence au nerf vague, partie importante du système nerveux, jouant un rôle dans le rythme cardiaque, la respiration et la digestion. Toujours selon le même article, « augmenter l’activité du nerf vague pourrait avoir (parmi d’autres bénéfices) un effet apaisant similaire à celui de la méditation, ce qui pourrait expliquer la chute de cortisol et autres symptômes liés au stress ».

 

Je dois reconnaître que cela a été mon cas lors de ma pratique régulière durant des mois. Je me sentais beaucoup plus détendue durant la journée. Je ressentais beaucoup moins de tension dans mes muscles et jointures. Ma digestion s’était améliorée et je me sentais plus légère.

 

Un véritable acte d’amour, de gratitude et de satisfaction

Ce qui m’a le plus surpris avec l’abhyanga a été le lien quotidien que j’ai pu établir avec mon corps. Le rituel est devenu un acte de respect et d’amour. J’ai réalisé à quel point je prenais mon corps pour acquis, ou pire, combien je le critiquais et en abusais. J’étais souvent submergée par des sentiments de gratitude durant l’auto-massage. J’éprouvais de la considération pour ce corps qui est un miracle : il travaille sans cesse pour nous de manière automatique et inlassable.

 

J’ai commencé à me sentir véritablement satisfaite (une sensation de guérison magnifique). Et de nombreuses choses ont changé de manière inattendue, au fur et à mesure que les sentiments de satisfaction et d’amour sont apparus. Soudain, j’étais capable d’écouter ce dont mon corps avait vraiment besoin. Je me reposais plus. Je faisais plus de sport. Je mangeais plus sainement. Et j’étais honnêtement épatée de voir qu’un simple rituel pouvait influencer de façon bénéfique la manière dont je prenais soin de moi.

C’est avec l’esprit ouvert et plein de curiosité que je vous encourage à l’essayer. Que peut vous offrir ou vous enseigner cette simple pratique ?

Écrire à propos de ce sujet m’a réellement motivée à reprendre ce rituel. Étant maman d’un enfant de un an sans cesse en train de courir, mon corps et mon esprit bénéficieraient sans aucun doute de cette pratique. Souhaitez-vous partager cette aventure avec moi ? Il n’y a rien à perdre et tout à gagner ! Notre corps est un sanctuaire. Et il mérite nos meilleurs égards. 

 

Deborah Quibell

Écrivaine, guérisseuse et enseignante, Deborah Anne Quibell croit passionnément aux bienfaits des connaissances théoriques dans les domaines du yoga et de la spiritualité. Instructrice supérieure de l'institut des études intérieures (Institute for Inner Studies), elle dispose d'un doctorat en psychologie des profondeurs et elle enseigne la pranathérapie, le yoga et la méditation aussi bien en studio que dans des entreprises ou encore en ligne.