Le concept de vie Wabi-Sabi : interview de Julie Pointer

Le wabi-sabi est la tendance décoration du moment en occident. Et pour cause, dans une société obsédée par la perfection, en permanence obnubilée par la nouveauté et les apparences, le concept de wabi-sabi apporte une bouffée d’air frais. Il s’agit en effet d’une philosophie japonaise traditionnelle rendant hommage aux signes naturels d’usure et à la patine du temps, trouvant la beauté dans l’authenticité et l’imperfection. L’auteur Julie Pointer, spécialiste du wabi-sabi, partage avec nous certains de ses secrets pour un mode de vie magnifiquement imparfait.

 

Le concept de wabi-sabi inspire très largement les tendances de décoration d’intérieur en dehors du Japon, avec notamment l’utilisation abondante d’objets naturellement usés, aux bords ébréchés et aux formes irrégulières. Mais les principes du wabi-sabi peuvent également s’appliquer à tous les aspects de la vie, de nos activités quotidiennes jusqu’à nos relations avec les autres.

 

L’auteure et photographe Julie Pointer capture avec soin les nombreux aspects du mode de vie wabi-sabi dans son livre Wabi Sabi Welcome. Appliquant le concept de wabi-sabi aux gestes quotidiens de partage, comme organiser un dîner ou offrir du thé à des amis, ce livre nous fait modifier radicalement notre objectif de « perfection » que ce soit pour notre décoration d’intérieur, notre vie en général, où les moments partagés avec nos proches. Il nous invite à faire une pause, à être dans l’instant et à trouver de la joie dans les plaisirs simples de la vie.

 

Le wabi-sabi ne consiste pas seulement à accepter l’imperfection, il vise surtout à l’apprécier pour ce qu’elle est. Qu’est-ce que cela signifie ? 

« L’imperfection n’est pas seulement quelque chose que l’on doit tolérer, elle fait partie intégrante de la vie et nous devrions donc non seulement l’accepter mais aussi l’honorer ! Le point de vue wabi-sabi nous encourage à considérer les défauts comme faisant partie d’un tout, comme une partie naturelle de la vie. Il incite donc à les mettre en valeur comme des forces potentielles plutôt que de les voir comme des faiblesses.

 

Par exemple, au Japon, lorsqu’une céramique est brisée, le beau procédé du kintsugi, littéralement « réparation dorée », consiste à réparer la fissure avec une colle dorée. Ainsi, au lieu d’essayer de cacher l’imperfection, la réparation est effectuée de manière apparente. L’imperfection est mise en valeur par la belle jointure dorée contrastant avec la céramique. De la même manière, le wabi-sabi nous incite à reconsidérer notre point de vue sur l’imperfection. Au lieu de tenter de la dissimuler, essayons au contraire de l’apprécier pour ce quelle est : la caractéristique qui rend un objet, un moment ou une personne unique. On peut penser à une vieille table au bois tâché de vin, aux rides d’expression causées par les joies de la vie ou à un pull tricoté à la main et comportant des mailles irrégulières. »

  

Le point de vue wabi-sabi nous encourage à considérer les défauts comme faisant partie d’un tout, comme une partie naturelle de la vie. Il incite donc à les mettre en valeur comme des forces potentielles plutôt que de les voir comme des faiblesses.

Julie Pointer

Chaque chapitre de votre livre est dédié à un lieu différent où vous avez rencontré le concept de wabi-sabi. Pouvez-vous nous en dire plus sur le concept de wabi-sabi au Japon, son pays d’origine, et en Californie, votre pays d’origine à vous ? Comment le wabi-sabi s’intègre-t’il dans la culture quotidienne de ces différents lieux ? 

« Naturellement, il est plus facile pour moi de parler de mon impression du wabi-sabi en Californie. Mais, d’après ce que j’ai pu observer, je sais que le wabi-sabi est un concept tellement assimilé dans la culture japonaise que tout le monde là-bas sait de quoi il s’agit tout en ayant beaucoup de mal à le décrire. Pour les japonais, le wabi-sabi représente à la fois une forme de beauté et un mode de vie. C’est le souci du détail, le caractère éphémère de toutes choses, les rituels, et surtout, le fait de vivre simplement, en accord avec la nature.

 

Les modes de vie wabi-sabi que j’ai pu observer au Japon sont principalement liés à la manière dont les gens décorent leur maison et l’organisent. J’ai pu y découvrir des lieux de vie simples, épurés, inspirés par la nature, avec une décoration somme toute assez contemporaine, mais qui sont toutefois très chaleureux et pleins de caractère. Les objets et éléments de décoration sont peu nombreux mais extrêmement personnels, éclectiques, principalement confectionnés à la main, souvent inspirés par la nature et surtout choisis avec soin. Chaque pièce de vaisselle est un modèle unique, réalisé à la main, et bien qu’aucune assiette et qu’aucun plat ne soient assortis, l’ensemble ainsi créé donne une belle impression d’unité.

 

En Californie, comme vous vous en doutez, la manière de vivre le concept wabi-sabi est un peu différente. Alors que les japonais sont connus pour leur formalisme et leur goût de la précision (il suffit de penser à la manière dont les japonais s’inclinent soigneusement et respectueusement pour se saluer), les habitants de Californie sont eux plutôt à l’extrême opposé. Dans la Californie que je connais, le concept wabi-sabi est plus facilement vécu de manière décontractée, « cool », avec par exemple du sable dans la maison et des morceaux de bois flotté composant des sculptures. Comme au Japon, les gens apprécient ici la beauté des moments ordinaires et éphémères. La différence est qu’ils peuvent le faire en regardant un surfeur sur une vague ou en préparant un barbecue dans leur jardin plutôt qu’au cours d’une cérémonie traditionnelle du thé ou en pratiquant le bouddhisme zen. »  

 

Quels seraient vos meilleurs conseils pour intégrer le wabi-sabi dans notre vie quotidienne ? 

« Le wabi-sabi nous invite à vivre dans l’instant présent. Il s’agit d’une approche de la vie relativement détendue, pragmatique, « cool », sans toutefois être désordonnée. Ce concept implique une attention particulière pour le monde qui nous entoure.  Ralentir un peu le rythme est un bon début. Faites une pause et commencez à faire attention à la parfaite imperfection des beaux moments de la journée. 

 

Je vous conseille également d’allier le beau à l’utile à chaque fois que vous le pouvez. Par exemple, dénichez de jolis paniers de rangement, un beau pichet à eau pour votre table ou même un récipient agréable à l’œil pour la brosse des toilettes. Les petits détails font toute la différence pour aménager votre lieu de vie.

 

Et enfin, faites avec ce que vous avez. Opter pour le wabi-sabi signifie reconnaître la beauté des choses modestes et imparfaites plutôt que de toujours avoir envie ou besoin de plus. En suivant cet état d’esprit, faites de votre lieu de vie un endroit plus personnel en y intégrant des éléments qui n’ont probablement de valeur que pour vous, comme des photos de famille, des souvenirs de voyage ou des œuvres d’art confectionnées par vos enfants. »